Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Périples gourmands

Périples gourmands

Pérégrinations gourmandes d'ici & d'ailleurs...


Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège

Publié par Coline sur 24 Novembre 2015, 16:54pm

Catégories : #Restos étoilés

Samedi 21 novembre 2015

Triste ambiance dans les rues de Paris, une semaine seulement après les attentats du 13 novembre... Colère, panique, tristesse, tout est un peu mélangé dans l'esprit des Français en ce moment... Et pourtant, la vie continue. "The show must go on", paraît-il...

Bref, nous profitons d'une escapade parisienne prolongée pour cause de fête nationale monégasque pour venir découvrir la nouvelle maison de Jean-François Piège. Le restaurant est ouvert depuis deux mois environ et ne désemplit pas visiblement ! Nous sommes d'autant plus heureux que nous profitons d'une ouverture "exceptionnelle" du restaurant le samedi, celui-ci étant normalement fermé le week-end. C'était un signe !

L'entrée : Presqu'aussi énigmatique que dans son précédent écrin de la rue Saint Dominique, avec une lourde porte intrigante. Mais celle-ci s'ouvre immédiatement sur la cuisine, ouverte, superbe, fascinante, et dessinée par le chef lui-même. Un vrai plaisir de voir toute cette brigade à l'ouvrage, même si on passe nécessairement trop vite et qu'on voudrait pouvoir en profiter encore davantage !

L'accueil : Très chaleureux.

La salle : Conçue par Gulla Jonsdottir et aménagée par le chef et sa femme, Elodie. La décoration est résolument originale, avec une impressionnante verrière très graphique, parfaitement assortie à la moquette, des murs à l'aspect "brut", des fauteuils modernes (et pourtant extrêmement confortables). Un écrin chaleureux, spacieux (25 couverts seulement, dont une grande table dans un petit salon attenant), confortable et original à la fois, avec quelques touches vraiment pas banales. On est séduits.

Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège

Notre table : Tout au fond du restaurant, près du petit salon. Au calme, dans un coin. On a adoré la vaisselle du début à la fin du repas, originale, surprenante, élégante, raffinée.

L'ambiance : Calme à notre arrivée, avec seulement quelques tables occupées, dont une où nous retrouvons un chef triplement étoilé que nous aimons beaucoup!

La clientèle : Plutôt jeune dans l'ensemble, majoritairement des couples.

La carte : Etoffée, avec 6 entrées, 7 plats et 4 desserts. Mais aussi 3 menus, dont un menu déjeuner proposé à 80€. On salue l'initiative...

La carte des vins : Pas mal fournie, avec une dizaine de choix de vins au verre, et trois champagnes. On aurait aimé qu'il y ait encore un peu plus de choix, mais on salue tout de même la présence de jolis crus. Pour nous, ce sera une petite folie avec un Château Ducru-Beaucaillou de 1986... L'eau filtrée, plate ou gazeuse, est offerte par la maison, servie dans de jolies carafes.

Le vin : Servi généreusement, délicieux, parfaitement adapté pour les plats que nous avons choisis.

Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège

Les amuse-bouche :

- Un pain feuilleté présenté sous la forme d'un épi (à tomber, feuilletage parfait, léger, pas trop de goût de beurre, croustillant....)

- Une bouchée "Un air de baguette" (que je n'ai pas trop aimé pour ma part, mais monsieur était enthousiaste)

- Des tuiles de quinoa, crevettes, cacahuètes et aubergines. L'intitulé ne me faisait pas vraiment rêver, je craignais qu'il y ait trop d'éléments différents associés. Il n'en est rien, c'est délicieux, extrêmement léger et friable, croustillant à souhait, et l'aubergine est incroyablement parfumée et crémeuse.

Le pain et le beurre : 2 choix de pains, ficelle traditionnelle ou pain à l'épeautre. Le pain à l'épeautre, servi en grosses tranches, a un petit côté rustique et familial que l'on aime beaucoup. On dirait même un petit air du "pain des amis" ! On regrette un peu qu'il n'y ait pas plus de choix différents, mais les deux sont extra. Le beurre quant à lui ne vient pas de chez Bordier pour une fois mais du Finistère, "Le Ponclet". En revanche, on le trouvera un peu granuleux, à la texture surprenante.

Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège
Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège

L'entrée de monsieur : Une petite folie! "Une râpée de truffe blanche sur des pâtes cuites au bouillon, parmesan, copeaux de châtaignes". L'assiette est superbe, avec les pâtes recouvertes de truffe râpée à notre table directement. Autant vous dire que ça embaume ! La cuisson des pâtes est parfaite, la truffe très odorante, le tout délicieux. On lui apporte également un consommé à l'huile de truffe, à déguster après son plat. Le consommé est léger et parfumé visiblement une très bonne transition vers le plat principal.

Notre plat : "Chevreuil de chasse mijoté sur des marrons grillés, sauce poivrade griottée, potimarron, en mijoté moderne". Le Chef Piège disait vouloir garder quelques techniques traditionnelles de cuisine et de cuisson, et notamment les bons plats mijotés, symboles de son enfance visiblement. On découvre ici cette cuisson revisitée à sa façon, avec un mijoté moderne effectivement, et délicieux. Le chevreuil est d'abord mijoté sur des marrons grillés, et nous est montré pendant la cuisson, directement à notre table. Ca embaume les marrons grillés, avec un petit air de fête foraine ! Une fois dressée, l'assiette est superbe. La sauce poivrade griottée est versée à notre table, et le serveur nous en laisse une petite fiole, comme s'il savait déjà que nous sommes gourmands ! La viande est cuite à la perfection selon nos souhaits, et extrêmement tendre et savoureuse. Je ne sens pas trop le goût fumé des marrons grillés, en revanche, mais la sauce poivrade est excellente, épaisse, fruitée, délicate. Tout autour de la pièce de viande (de belle taille), des légumes de saison, aussi bons que beaux. On appréciera particulièrement la betterave, qui se marie parfaitement au reste du plat. Sur le côté, une mousse de potimarron. Petite déception pour cet élément là. Le contenant déjà est un peu "ordinaire" (disons, moins hors du commun que tout le reste de la vaisselle) et la mousse ne nous transcende pas. En revanche on se régale avec le plat dans son ensemble, délicieux, aux cuissons parfaites, et qui met à l'honneur les produits de saison. On ne peut que succomber.

Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège

Le pré-dessert: Le traditionnel Blanc à Manger "comme une île flottante". On le connaît désormais très bien, on l'a déjà apprécié deux fois rue Saint Dominique et on le voit sans cesse dans les différentes émissions culinaires. On n'est pourtant pas déçus, c'est toujours aussi bon, même si l'effet magique s'est un peu étiolé...

Le dessert : "Choco sarrazin, infusé au lait entier, glacé, sablé, croustillant. Comme une feuille d'automne". On était évidemment impatients de découvrir le travail de Nina Métayer, dont on a tant parlé ces derniers mois. Et on n'est pas déçus, évidemment..! Le dessert est original est délicieux. Le dressage est remarquable, léger, aérien, avec un véritable petit air de feuille d'automne. On y découvre un joli jeu de textures avec la boule presque mousseuse, une épaisseur glacée, le croquant du sarrazin, le crémeux de la base chocolatée, le chocolat craquant des feuilles supérieures. C'est original avec une association chocolat-lait surprenante, délicieux. Pour les amoureux de chocolat que nous sommes, cela aurait mérité une pointe chocolatée supplémentaire, mais c'est vraiment extra. On salue aussi les associations peu courantes du chocolat avec le goût laitier, et surtout avec le sarrazin.

Les mignardises :

- Petite crème à la bergamote, présentée dans la jolie boîte à surprises

- Boule de chocolat cassée sur la table, avec ses petites surprises à l'intérieur. Le chocolat est à tomber !

Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège
Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège Un Grand Déjeuner au Grand Restaurant, chez Jean-François Piège

L'addition : A la hauteur du lieu, du chef de l'équipe. Gros point fort en revanche que le menu déjeuner à 80€, qui "démocratise" un peu la cuisine gastronomique. Seul petit bémol, une coupe de champagne nous avait été facturée alors qu'elle concernait une autre table...

Le rapport qualité-prix : Plutôt bon pour un double ou triple étoilé parisien. Comparable aux niveaux de prix pratiqués dans l'ancienne maison de Piège, sauf que le cadre est nettement plus impressionnant ici, la salle plus spacieuse. Petit bémol sur l'entrée, tarifée à prix d'or. Pour tout le reste, c'est relativement raisonnable compte-tenu des portions et de la qualité de produits servis.

Le service : Parfait du début à la fin. Efficace, chaleureux, professionnel mais pas guindé.

Nos coups de cœur : La salle et sa décoration, la vaisselle, le chevreuil en mijoté moderne, la qualité des pains, le service, la rencontre avec le chef à la sortie du restaurant.

On aurait adoré : Un peu plus de choix en vins au verre et en pains.

Notre avis : Une jolie nouvelle maison pour Jean-François Piège et son épouse. On retrouve ici le Chef que l'on connaissait déjà rue Saint Dominique, mais on découvre une cuisine encore plus aboutie, "un cran au-dessus". Nul doute que ce Grand Restaurant s'affiche comme un véritable challenger pour la course aux trois étoiles du Michelin 2016. On est convaincus en tout cas, et on croise les doigts très fort pour le chef, son épouse et toute l'équipe. Verdict très bientôt...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

xzf 25/11/2015 22:07

Je partage votre avis. Nous avons fait une folie signature il y a un bon mois, et cela a été un enchantement. Un peu pantagruélique mais parfait : pomme soufflée, homard, foie blond & écrevisse, veau, parfaitement accordés. Un seul bémol sur le dessert, la flouve odorante faisait davantage dessert de cuisinier que patisserie. Je ne sais pas si Nina metayer était déjà en poste.
Nous avons hâte d'y retourner.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents