Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Périples gourmands

Périples gourmands

Pérégrinations gourmandes d'ici & d'ailleurs...


Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)

Publié par Coline sur 24 Janvier 2015, 00:28am

Catégories : #Restos étoilés

Vendredi 23 janvier 2015 - 20h30

Après une semaine bien intense et riche en émotions, nous voilà au 228, rue de Rivoli. Des mois que l'on en parlait et que l'on hésitait à venir ici. Il faut dire que l'on avait tellement aimé Ducasse à Monaco que l'on osait à peine "remettre le couvert", de peur d'être déçus... Mais un anniversaire à fêter et quelques projets en cours nous ont finalement amenés ici, pour mon plus grand plaisir évidemment ! Nous sommes tous les deux heureux et pressés de découvrir la cuisine du chef Saintagne, et l'écrin de Ducasse au Meurice.

L'entrée est assez surprenante, pas du tout somptueuse comme l'on s'y attendait. Bien moins impressionnante que celles du Cinq ou du Bristol, par exemple... Mais qu'à cela ne tienne, l'accueil est chaleureux et efficace. On traverse un salon puis on nous installe à notre table, en plein centre du restaurant.

La salle est belle dans un style ancien traditionnel, murs de marbre, peintures classiques, lustres anciens. Du pur tradi ! L'ensemble est très joli bien qu'un peu chargé à notre goût. Au milieu de la salle, une sculpture moderne transparente, plutôt impressionnante.

La table est elle aussi très jolie, et résolument plus moderne. Une drôle d'assiette en forme de spirale, des verres dépareillés et originaux, une superbe lampe-bougeoir très moderne et remarquable, une décoration résolument originale faite d'oignons frais simplement déposés en botte sur la table. Un parti-pris très original, très différent de ce que l'on peut habituellement trouver dans ce genre d'établissements.

Notre arrivée : Un peu bousculée, avec un service un peu trop rapide à notre goût. Il faut tout de suite choisir l'eau, l'apéritif, et l'on se sent un peu pressés, avec beaucoup de sollicitations en même temps.

L'ambiance : Résolument bruyante ! Les tables sont proches les unes des autres, et l'on entendra plusieurs des conversations de nos voisins. Pas aussi romantique que dans certains palaces parisiens. Cosy néanmoins.

L'apéritif : Un verre de vin, et pas de champagne rosé pour une fois ! On choisit un verre de Vosne Romanée de 2005. Délicieux, fruité, rond, absolument extra. Il nous accompagnera agréablement de l'apéritif au fromage... Un pur bonheur. Quel dommage néanmoins qu'il n'y ait pas de vin au verre sur la carte, et que l'on soit obligés de choisir en vitesse, à l'aveuglette, alors même que notre choix de plat n'est pas encore arrêté. On regrette un peu cela, et on s'est sentis un peu pressés dans notre choix. ~~Heureusement cela ne dure pas longtemps et on pourra ensuite prendre librement notre temps et savourer le moment à sa juste valeur !

L'amuse-bouche : Une tuile croustillante à l'œuf de caille, et au raifort. Proposé par le chef en remplacement de la mise en bouche prévue, à base d'huître. On apprécie l'attention de remplacer l'huître pour les plus réticents. La présentation est très jolie, sous la forme d'une petite tuile joliment disposée sur de petits galets colorés. En revanche, petite déception sur cette bouchée, que l'on trouve somme toute assez quelconque, sans grande émotion.

Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)
Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)

Le pain et le beurre : On rêvait de retrouver ici la diversité et l'incroyable qualité des pains du Louis XV à Monaco... Petite déception, on l'avoue ! Mais on goûte avec plaisir le célèbre "Pain des Amis" de Christophe Vasseur. Au choix également : les pains fabriqués sur place, pain de seigle ou baguettine. Tous sont délicieux, même si mon premier Pain des Amis est nettement trop cuit avec un petit goût bien brûlé sur le dessous. Mon deuxième ami sera bien meilleur, et je découvre avec plaisir ce goût fumé très fin et délicat. Gros coup de cœur également pour le pain de seigle. Le beurre : doux et demi-sel, tous deux délicieux, servis à parfaite température.

La mise en bouche : Petits légumes fumés aux cristaux de sel roses de l'Himalaya, à piquer dans un condiment à l'olive noire, comme une fondue. Une douce découverte ! Les légumes ont un goût délicieusement fumé, et le condiment à l'olive noire est tout simplement incroyable. L'association est parfaite, avec une texture onctueuse et crémeuse, un goût fumé, des légumes cuits à la perfection, et un concept original. Waou...

Le plat de Monsieur : Poularde rôtie, truffe noire. L'agréable surprise du jour, car ce plat n'était pas mentionné sur la carte présentée sur le site Internet. La présentation est sublime. La poularde est rôtie en crapaudine, alliant cuisse et blanc de poularde, surplombée d'une épaisse couche de truffe et de sa peau servie très croustillante. Un habile jeu de textures et de construction, on salue la prouesse technique. Côté accompagnement, des salsifis, de jolies lamelles de truffe noire, et de petits palets aux abats. Le tout sublimé par un jus parfumé à souhait et pas gras en bouche. Le tout est vraiment extra, la truffe très odorante, un vrai régal...

Mon plat : Chevreuil, sauce poivrade. Le dressage est là aussi très réussi, harmonieux, géométrique. La viande est présentée sous forme de médaillons, la cuisson respectée selon mon souhait. Elle est accompagnée d'oignons rôtis à la pomme et aux coings, complètement fondants et très parfumés. La sauce poivrade, versée au moment du service, est délicieux, épaisse et odorante. Dans l'assiette également, une préparation végétale que je n'identifierai pas, mais qui apporte à l'ensemble une touche de fraîcheur surprenante et bien agréable. Encore une fois, un plat aussi bon que beau, sublime et délicieux !

On est enchantés et déjà repus... On se régale jusqu'à la dernière goutte de sauce...

Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)
Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)

Le chariot des fromages : Très beau, et bien plus imposant que ce que l'on s'imaginait, ayant lu çà et là sur Internet qu'il était un peu chiche... En réalité il n'en est rien ! Déjà, cette cloche transparente est impressionnante... Et sous la cloche, de bien jolies surprises ! Avec plusieurs fromages jamais goûtés auparavant, et quelques belles découvertes. Notre serveur est chaleureux et agréable, pas avare de conseils sur ces jolis produits qui s'offrent à nous. Au programme, donc, un joli cabri arriégeois (sorte de Mont d'Or à base de lait de chèvre), un fromage de Dordogne au goût fumé très prononcé, un Bleu italien "Bleu 61", un Moelleux du Revard, un fromage de l'Abbaye de Citeaux, ou encore un comté affiné 36 mois aux cristaux de sel. Le tout servi généreusement, avec un affinage parfait, et des accompagnements délicieux. Ici le fromage est un plat à part entière, servi avec une salade verte à l'assaisonnement parfait, un pain aux fruits secs extra et une brioche feuilletée à l'olive à se damner. Un véritable moment de grâce pour les amateurs que nous sommes, notre table regorge de délices fromagers...

Pas de pré-dessert, mais un dessert apporté avec une jolie petite bougie pour mon anniversaire... Romantique à souhait !

Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)
Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)

Difficile avec une si faible luminosité de produire des photos de qualité... Mais ce dessert... Quel délice...

Le dessert donc : Le chocolat de notre manufacture. Grosse hésitation pour moi, car le dessert est organisé avec une glace et une émulsion au café, que je n'aime pas... Finalement, ce sera une petite adaptation avec une émulsion supprimée et une glace à la vanille... Me voilà comblée! Quel dommage cela aurait été de passer à côté de cet extase gastronomique !

Une composition structurée, organisée, géométrique. Faite de multiples textures et saveurs, avec un crémeux au chocolat amer chaud disposé dans l'assiette creuse, au moment du service. Des tuiles fines et craquantes en cacao. Une crème onctueuse au chocolat au lait, avec un biscuit chocolat, des effluves de cardamome, des morceaux de noix de pécan et autres noix, le tout organisé autour d'une glace très crémeuse, rafraichissante. Tout est superbe, sublime, délicieux, et le mariage des saveurs est vraiment incroyable. On termine ce moment magique par un soufflé au chocolat, servi à part, complètement décadent. A la hauteur de celui de Claire Heitzler, emblème de sa demande en mariage, ou encore de ceux de Lignac au Quinzième ou du 114 Faubourg... Décidément, je suis complètement fan des soufflés... Ici c'est une texture très aérienne et très moelleuse, fondante en bouche, pas lourde du tout, et très chocolatée évidemment. Quelle réussite... Moi qui avais peur d'être un peu déçue comme au Louis XV à Monaco, avec son croustillant de pralin très classique... J'étais loin de m'imaginer cela, et quelle joie ! A réserver aux (très) grands amateurs de chocolat en revanche, car l'overdose n'est pas très loin même pour nous, fans inconditionnels ! On n'en laissera néanmoins pas une seule miette...

Les mignardises : Des crêpes gavottes aux noix et pignons de pain, extrêmement fines et croustillantes, parfaitement réussies. Ainsi qu'une jolie petite boîte "découverte" des chocolats de la Manufacture Ducasse, à commencer ici et à terminer à la maison. Quelle belle initiative ! On est entièrement repus et sur-chocolatés, et l'on emportera ce joli cadeau avec plaisir pour prolonger la magie encore un peu, demain...

La touche finale fraîche et fruitée : Quelle heureuse idée ! Un chariot (superbe au demeurant) de fruits exotiques et sorbets. Tous extra ! J'opte pour le sorbet au fruit de la passion, surmonté de dés d'ananas aux zestes de citron vert. Une association fruitée, acidulée et sucrée bienheureuse en fin de repas. On fermera volontiers les yeux sur la saisonnalité des produits....

Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)
Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)Un anniversaire *** chez Christophe Saintagne, au Meurice (Ducasse)

L'addition : Apportée discrètement, avec un joli stylo siglé. Salée évidemment, comme toujours dans ce type d'établissements. A la hauteur du standing du lieu... Compter tout de même plus d'une trentaine d'Euros pour les verres de vin.

Le rapport qualité-prix : Bon, mais moins satisfaisant qu'à l'Epicure ou qu'au Cinq, par exemple, desquels on était repartis le cœur aussi léger que le portefeuille, des étoiles plein les yeux. Des prix tout de même stratosphériques...

Le service : Un peu junior parfois. Sympathique et convivial, mais pas parfaitement juste. Un début de service trop rapide et un peu pressant. Un service de l'eau trop (vraiment trop) fréquent, à chaque gorgée bue ! Des petites attentions bien agréables néanmoins.

Nos coups de cœur : Le pain de seigle. La fondue de légumes fumés aux cristaux de sel, le condiment à l'olive. Les fromages originaux et délicieux. Le dessert au chocolat. Les sorbets exotiques et leur chariot superbe. La boîte de chocolats à emporter. Le ballotin de fleur de sel offert lors de notre départ.

Les "moins" : Un lieu que l'on trouve sans charme et sans émotion, un peu impersonnel, et surtout très bruyant. Les tables assez proches les unes des autres. Le pain des amis au goût brûlé, au premier service. Le service un peu trop pressant, trop rapide au début du repas. L'absence de vins au verre sur la carte des vins, obligeant un choix à l'aveugle.

On aurait adoré : Rencontrer le chef évidemment... Le féliciter.

Notre avis : Une bien belle table parisienne. Un concept différent, qui place le produit au centre de la cuisine, sans nécessairement chercher à faire des étincelles d'inventivité. Une cuisine d'exception à notre sens pas suffisamment mise en valeur, par un écrin un peu décevant. On rêve déjà de pouvoir un jour découvrir le Chef Saintagne dans sa propre maison...

Pour en savoir plus : http://www.alain-ducasse.com/fr/restaurant/restaurant-le-meurice-alain-ducasse

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents